Entreprise innovatrice
Le Salenhof prend au sérieux son engagement à la durabilité et son respect de la nature. L'exemple le plus récent est un réservoir d'eau avec une capacité de six millions de litres qui assurera l'irrigation des champs après la sécheresse de l'année dernière. Mais ce n'est pas tout: Le propriétaire et père de trois enfants Martin Müller est un passionné de la pêche: il installera un petit élevage de poissons dans le réservoir et en profitera pour aller pêcher avec ses deux fils.

Des carottes et des pommes de terre, de la courge et des betteraves rouges, des concombres et des tomates: l'entreprise Salenhof Gemüsebau située dans le village zurichois de Steinmaur est la source de beaucoup de sortes de légumes offertes par ALDI SUISSE. Grâce au bio, tous les produits sont très frais, et les champs sont exploités de manière durable.

Il y a environ 40 ans que le grand-père de Martin Müller, le chef actuel du Salenhof à Steinmaur (ZH), a quitté le village pour installer son entreprise à la campagne. À cette époque-là, la production de fruits et légumes n'était qu'une activité accessoire, l'activité principale de l'exploitation consistant en l’élevage de vaches mères. En 1998, l'entreprise est passée à la production biologique et, en 2004, le prochain changement important a eu lieu quand Martin Müller est entré dans l'entreprise: Le maraîcher de formation a abandonné l'élevage d'animaux et misé complètement sur la production maraîchère.

Grandi avec ALDI
Deux ans plus tard, la collaboration avec ALDI SUISSE a commencé. «Depuis lors, nous avons grandi ensemble avec ce client important» dit Martin Müller. Car au début, ses produits n'ont été livrés qu'à environ 15 filiales, tandis qu’aujourd'hui, ce chiffre s'élève à 180. C'est ainsi que l'entreprise de deux personnes Salenhof Gemüsebau s’est développée pour former une entreprise familiale avec environ dix employés. Aujourd'hui, ceux-ci exploitent à peu près 40 hectares de champs où poussent surtout des «légumes lourds» tels que les pommes de terre et les carottes. Chaque saison, l’on récolte plus ou moins une tonne de chaque. S'ajoutent d'autres champs avec des courges, des betteraves et parfois de la salade ou du fenouil. Dans la serre, l’on fait pousser des concombres et des tomates et, en hiver, de la salade de rampon. Une partie des produits poussent sur des champs qui n'appartiennent pas à l'entreprise: Martin Müller collabore avec des fermes de sa région dont il peut utiliser la terre.

Exploitation durable
Avec sa culture biologique, Martin Müller contribue à ce que le sol reste fertile pour la prochaine génération. Dans ce but, on accorde une petite «période de repos» aux champs qui, entre les différentes phases de la rotation des cultures, ne seront pas exploités. Ainsi, au lieu de légumes, on laisse parfois pousser de l'herbe. L'absence d'herbicides synthétiques cause l'apparition de mauvaises herbes qu'il faut arracher ensuite. Cela signifie beaucoup de travail, mais il vaut la peine. Avec chaque bouchée de légumes savoureux du Salenhof, cela se remarque.